Parce que la Révolution (Marathon) ne se fait pas sans la jeunesse

Ainsi que le faisais remarquer fort justement et malicieusement Emmanuel Todt, Démographe parfois engagé, avec un âge médian de plus de 40 ans pour la population française, il ne faut pas s’attendre à mobiliser les foules dans les rues !
Pour nous la population des coureurs de marathons est à l’identique de plus de 40 ans (44 ans d’âge moyen homme et femme au marathon de Paris) et il est difficile de convaincre un marathonien de changer ses habitudes d’entraînement à VMA, au seuil, à allure marathon et surtout de se dire que la meilleure façon de gérer son marathon est de s’écouter et se laisser accélérer et déccélerer plutôt que de chercher à maintenir une vitesse constante à tout prix jusqu’à de voir subir une chute de vitesse fatidique à partir du 28eme km.
Oui nous avons tout récemment établi sur des centaines de marathon que les coureurs ont une vitesse médiane largement au-dessus (+1 km/h) de leur vitesse moyenne en raison de cette quête de la vitesse constante cible que l’on s’évertue à maintenir jusqu’à se prendre le mur de plein fouet.
Le marathon est symbolique de la vie qui nous apprend le lâcher prise trop souvent après avoir dû ralentir pour cause de Burn out et autres joyeusetés.
Convaincre de révolutionner son approche de la course est un aussi grand challenge que de convaincre de changer nos habitudes, y compris dans nos métiers.
En tant que coureuse et chercheuse, je suis passée par cette phase incrémentale (des kilomètres et des publications où on ne change pas grand-chose par peur de l’inconnu). Le pire est que mes publications qui datent de 15 ans n’on jamais autant été lues dans le monde entiers (elle sont toutes disponibles sur le lien https://www.billatraining.com/fr/ rubrique publications en libre accès.

A présent je prends le risque :

  1. De proposer en simplifiant au maximum les aspects scientifiques sans les renier ou les fausser, de vous donner l’essentiel de 30 ans de chemin de recherche en vous choissisant finalement les plus beaux paysages et une destination gratifiante en terme d eplaisir de courir plus vite et plus longtemps.
  2. De parfois choquer et provoquer des grognements du style : rien est prouvé, elle est dans son labo loin du terrain, ce n’est pas reproductible et patati patata.

Tant pis ceux qui oseront verrons
On avance et parce que la révolution ne se fait pas seule surtout au plan scientifique et qui plus est dans le domaine du sport qui est l’incarnation d’un domaine où la reproduction de savoir-faire est de mise (ayant poussé jusqu’au BEE3 je suis passé par les arcanes jeunesse et sports et FFA pour le vérifier), je la lance avec vous et
Vous mes compagnons d’entreprises qui m’ont soutenu 30 et moins et ils se reconnaitrons puisqu’ils m’ont été jusqu’à corriger le livre au final.
Ce que je peux dire c’est que le suis heureuse de pouvoir dire que cette nouvelle génération des milleniums me surprend par son audace et son esprit d’entreprise et prise de risques (calculés tout de même car ce sont aussi des sportifs qui assurent le score !).
Thomas, Florent, Luc, Claire, Matthieu, sont ces jeunes là
Les autres sont plus mures (voire même très murs) et je citerais par ordre de maturité
Claire, Jean-Renaud, Jean Pierre
Ils sont bien présents au quotidien et me permettent d’avancer en réflexion intuition et sensibilité.

Grand Merci à la vie je chante cela quand je courre au cul de chien avec Gaïa et/ou galope avec ma ponette Venus car la vie avec les bêtes m’ont enseigné le carpe diem et la vie intérieure celle des grands projets et la course permet de concilier ces deux projets comme celui de pouvoir découvrir le graal de l’entraînement personnalisé pour tous et surtout chacun d’entre vous.

Ecoutez voir la chanson :
Gracias a la Vida
Mercedes Sosa
Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me dio dos luceros, que cuando los abro,
Perfecto distingo lo negro del blanco
Y en el alto cielo su fondo estrellado
Y en las multitudes el hombre que yo amo
Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me ha dado el oido que en todo su ancho
Graba noche y dia, grillos y canarios,
Martillos, turbinas, ladridos, chubascos,
Y la voz tan tierna de mi bien amado
Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me ha dado el sonido y el abecedario;
Con el las palabras que pienso y declaro:
Madre, amigo, hermano, y luz alumbrando
La ruta del alma del que estoy amando
Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me ha dado la marcha de mis pies cansados;
Con ellos anduve ciudades y charcos,
Playas y desiertos, montanas y llanos,
Y la casa tuya, tu calle y tu patio
Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me dio el corazon que agita su marco
Cuando miro el fruto del cerebro humano,
Cuando miro al bueno tan lejos del malo,
Cuando miro al fondo de tus ojos claros
Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me ha dado la risa y me ha dado el llanto
Asi yo distingo dicha de quebranto,
Los dos materiales que forman mi canto,
Y el canto de ustedes que es mi mismo canto,
Y el canto de todos que es mi propio canto
Gracias a la vida que me ha dado tant
Paroliers : Violeta Parra Sandoval
Paroles de Gracias a la Vida © Warner/Chappell Music, Inc

BillaTraining

BillaTraining

Profitez de conseils d'experts sur l'entrainement sportif. Nos physiologistes viennent tous du terrain et sont prêts à vous accompagner dans votre entrainement en course à pied et vélo.

Read More